Vishtèn : Une joie de vivre sans frontières (Sylvie Mousseau, Acadie Nouvelle, 2004)

Une musique d’inspiration traditionnelle

Vishtèn, c’est une musique et des chansons traditionnelles françaises, irlandaises et écossaises empreintes de beaucoup d’authenticité et de simplicité avec des arrangements qui respirent la joie de vivre. Leur musique dépasse largement les frontières de l’Acadie. Vishtèn est parmi les quelques artistes de l’Acadie qui s’illustrent le plus en ce moment sur la scène internationale. C’est un groupe qui tourne beaucoup. En 2004, Vishtèn a donné plus de 150 spectacles en Europe et aux Etats-Unis.

« On fait ce qu’on aime faire et on est chanceux que ça marche et qu’on puisse faire carrière avec ça et puis, vraiment, on a du fun sur scène et je pense que c’est ça qui vend, c’est ça que le monde aime voir », déclare Rémi Arsenault, guitariste, bassiste et percussionniste.

Leur premier album éponyme, lancé au printemps, est en nomination pour deux prix au Gala de l’Association de la musique de la côte Est (AMCE), qui a lieu à Sydney, demain soir (dimanche). La formation figure parmi les finalistes dans les catégories du groupe traditionnel de l’année et du meilleur enregistrement francophone de l’année aux côtés de Danny Boudreau, Grand Dérangement, Luc Tardif et de Daniel Léger. Des nominations qui leur donneront beaucoup de visibilité, estime la formation.

Les quatre musiciens originaires de l’Île-du-Prince-Édouard et des Îles de la Madeleine se sentent choyés. Ils adorent leur métier et la tournée. L’Acadie Nouvelle les a rencontrés à Moncton entre deux voyages. Ils arrivaient de la Bourse Rideau à Québec et s’apprêtaient à partir pour Sydney, où ils présenteront pas moins de sept mini-spectacles, dont deux vitrines officielles. Ils seront aussi les seuls artistes francophones à monter sur la scène du Centre 200, à Sydney, pour le spectacle télévisé du Gala des prix de l’AMCE au réseau national de CBC. Toutefois, la formation ne chantera pas, elle interprétera une pièce instrumentale.

« Nous allons être les seuls pour représenter l’Acadie et nous sommes très fiers, mais c’est un peu dommage que nous ne chantions pas. Espérons qu’ils mentionneront au moins qu’on est un groupe acadien », souligne Pastelle LeBlanc.

Pour ce groupe, qui a fait ses premières prestations à la FrancoFête en 2000, puis à la Conférence et au Gala de l’AMCE, cet événement est vraiment important. Lors de sa première apparition à l’AMCE, Vishtèn avait remporté le prix de la meilleure vitrine de l’année. Vishtèn tourne beaucoup à l’extérieur, mais très peu en Atlantique.

« L’AMCE va peut-être nous donner une ouverture. On n’est pas vraiment connu en Atlantique, oui par l’industrie, mais pas par rapport au public », explique Emmanuelle LeBlanc.

Quand elles ont commencé avec Celtitude, Pastelle et Emmanuelle LeBlanc rêvaient de faire une carrière internationale, mais elles n’auraient jamais pensé que leur rêve allait se réaliser de façon aussi fulgurante. Elles adorent vivre en mouvement, voyager, et les tournées. Le violoniste Pascal Miousse, qui a joint le groupe il y a plus d’une année, aime beaucoup son expérience avec Vishtèn, qu’il qualifie d’enrichissante et de motivante.

« C’est une belle équipe et il y a tout le temps des nouvelles affaires qui arrivent; on a une belle réponse du public. Le marché est très grand en Europe. Premièrement, il y a beaucoup de monde sur une petite superficie et ça fait qu’on ne va jamais dans le même théâtre. Depuis que je suis avec le groupe, ça fait cinq ou six fois qu’on va en France et puis, on n’a jamais fait les mêmes salles. On dirait qu’il y a un marché pour la musique traditionnelle, au niveau des racines, des autres cultures. Les Français sont intéressés et ils veulent écouta ça », raconte Pascal Miousse.

Vishtèn a su aussi bien s’entourer. Le groupe a un gérant et des agents aux Etats-Unis et en France qui travaillent pour la formation.

Après l’AMCE, Vishtèn participera à la 17e Conférence internationale de la North American Folk Music and Dance Alliance, du 23 au 27 février, à Montréal. Yves Lambert et Penny Lang sont les porte-parole de cet événement qu’on dit majeur et unique. Le lancement officiel de la Conférence de la Folk Alliance, auquel assisteront artistes, délégués et intervenants, de la conférence, aura lieu le 23 février. La soirée d’ouverture, qui s’intitule Allons danser! , mettra en vedette Vishtèn, de l’Acadie, Yves Lambert et compagnie, du Québec, Les Charbonniers de l’Enfer, du Québec, Spi et la Gaudriole, de la France et Geno Delafose, de la Louisiane. L’événement sera ouvert au grand public.

En mars, Vishtèn donnera des spectacles aux Etats-Unis à toutes les fins de semaines, puis ce sera la tournée en France et en Italie, cet été. Il y a aussi un projet d’album dans l’air, qui pourrait peut-être sortir à l’hiver 2006. Les ventes du premier album atteignent déjà près de 6000 copies.